FREN

Tahiti, aux multiples eaux sombres

Un film d' Annick Ghijzelings

Tahiti, Polynésie française. Entre la piste de l’aéroport international et une petite colline de terre s’étend le quartier du Flamboyant. Là, on dit « quartier » pour ne pas dire ‘bidonville ». Ces quartiers sont les lieux que l’histoire coloniale française a remplis d’un peuple déstructuré, aliéné, fatigué. Un peuple que les années fastes des essais nucléaires a habitué au clientélisme et à la politique de la main tendue. Un peuple que l’argent déversé et les politiques d’assistanat ont anesthésié. Aujourd’hui, le peuple Maohi est un peuple dominé qui a perdu sa langue, qui ignore son histoire et qui a oublié ses traditions et son rapport au monde.

Pourtant là, dans ce quartier de baraques colorées, sous les branches flamboyantes d’un arbre ancestral qui semble veiller sur les hommes, quelque chose survit, quelque chose de ténu, d’enfui, de presque invisible, et qui résiste à la disparition d’un peuple.

En confrontant l’esprit Maohi à son histoire nucléaire et à son présent fracturé, le film montre le visage d’une colonisation contemporaine et l’élan vital d’un peuple qui tente de ne pas s’oublier et qui, silencieusement, cherche le chemin de l’indépendance.

  • Photos